Gregorios III

synode des évêques xiiième assemblée générale ordinaire

7 10 2012

synode des évêques
xiiième assemblée générale ordinaire
la nouvelle évangélisation 
pour la transmission de la foi chrétienne
vatican
7 au 28 octobre 2012

orient le jour




 

Vatican : Les patriarches orientaux, conduits par Raï, reçus par Benoît XVI

16/10/2012

Les propos du pape au Liban sont propres à susciter un « printemps chrétien », décisif pour un vrai « printemps arabe ».

Le patriarche Béchara Raï, présidant une délégation des patriarches catholiques d’Orient, a été reçu hier par le pape Benoît XVI au Vatican.

Parmi les patriarches accompagnant Mgr Raï, les patriarches des grecs-catholiques, Grégoire III Laham, des syriaques, Joseph III Younan, des arméniens-catholiques, Nersès Bedros XIX, des coptes, Mgr Kyrillos, représentant Mgr Antonios Nagib, et des chaldéens, Louis Sako, représentant Mgr Delly.

Pour l’occasion, le patriarche maronite a remercié le Saint-Siège pour sa visite au Liban, au mois de septembre, durant laquelle il a rendu publique l’Exhortation apostolique au Moyen-Orient.
Pour le patriarche maronite, les paroles de Benoît XVI au Liban et son exhortation sur l’Église au Moyen-Orient sont propres à susciter dans les pays arabes un « printemps chrétien », facteur décisif pour un « printemps arabe » fait de démocratie, de liberté, de justice, de paix et de défense de la dignité de tout homme, rapporte Anita Bourdin, de l’agence Zenit.

Le patriarche d’Antioche des maronites, Béchara Boutros Raï, chef du synode de l’Église maronite, est en effet intervenu au synode le 13 octobre. Il a consacré son intervention aux paragraphes 56-57 du document de travail du synode (Instrumentum laboris), concernant l’économie et la politique.

Nouveaux acteurs, nouvelles tentations
Le paragraphe 57 de l’Instrument de travail indique le lien entre économie et dialogue interreligieux : « L’apparition, sur la scène mondiale, de nouveaux acteurs économiques, politiques et religieux – comme le monde islamique, le monde asiatique – a donné naissance à une situation inédite et totalement inconnue, aux riches potentialités, mais où abondent aussi les risques et de nouvelles tentations de domination et de pouvoir. »
« Dans ce tableau, ajoute le document de travail, les différentes réponses ont souligné diverses urgences : l’engagement pour la paix, le développement et la libération des peuples ; une meilleure réglementation internationale et interaction des gouvernements nationaux ; la recherche de formes possibles d’écoute, de vie en commun, de dialogue et de collaboration entre les différentes cultures et religions ; la défense des droits de l’homme et des peuples, surtout des minorités ; la promotion des plus faibles ; la sauvegarde de la création et l’engagement pour l’avenir de notre planète. »
Pour le patriarche qui a accueilli le pape au Liban, lors de son voyage des 14-16 septembre 2012, « le dialogue inter religieux rentre en plein dans l’espace de la nouvelle évangélisation », mais il annonce qu’il se limitera à évoquer le « dialogue avec l’islam dans les pays arabes ».
Le patriarche maronite entrevoit les fruits des paroles de Benoît XVI : « Les allocutions prononcées par le Saint-Père au Liban et l’Exhortation apostolique “Ecclesia in Medio Oriente” aideront à parvenir à un “printemps chrétien”, qui contribuera, par la grâce de Dieu et par une nouvelle évangélisation éclairée, à un véritable “printemps arabe” de démocratie, de liberté, de justice, de paix et de défense de la dignité de tout homme, contre toute forme de violence et de suppression des droits. »
Il fait observer que pour l’Instrumentum laboris, ce dialogue est « mentionné parmi les nouveaux acteurs économiques, politiques et religieux, qui apparaissent sur la scène mondiale ».